Positionnement de la fédération sur diverses questions

Extraits de la déclaration liminaire de la Peep

au Conseil supérieur de l’éducation (CSE) du 19 octobre

 

 

A l’occasion de la première réunion du Conseil supérieur de l’éducation (CSE) à laquelle il participait, Gérard Pommier, nouveau président de la Peep, a profité pour évoquer, dans son propos liminaire, plusieurs mesures éducatives en cours et exprimer le positionnement de la fédération sur ces diverses questions.

La Peep se réjouit du retour – ou du maintien – au collège des classes bilangues, sections européennes et langues anciennes qu’elle espère réellement effectif pour la rentrée 2018.

Le dédoublement des CP en REP+ représente un progrès qui ne doit pas se faire au détriment des autres niveaux ou du dispositif "Plus de maîtres que de classes", ni provoquer des fermetures de classes pour "récupérer" des enseignants. La Peep veillera à ce que les effets de cette mesure sur les apprentissages et le bien-être des enfants fassent l'objet d'évaluations.

La fédération, toujours mobilisée contre les inégalités face aux devoirs, attend de connaître les modalités de la mise en place des "Devoirs faits" prévue après les vacances de la Toussaint.

Concernant les rythmes scolaires, toujours défavorables aux 4 jours et demi en maternelle, les parents Peep sont satisfaits de l’assouplissement de la réforme permettant aux communes une prise en compte des réalités locales. Ils demandent une évaluation indépendante des effets des semaines de 4 jours ou 4 jours ½, non seulement sur les apprentissages, mais également sur la fatigue des enfants, en particulier en maternelle.

La Peep se félicite d'ailleurs qu'une concertation sur le temps et l'espace liés aux apprentissages de l'élève, ait été décidée.

Dans le secondaire, cette réflexion devrait se faire en même temps que la réforme du baccalauréat général. L'organisation actuelle de cet examen génère une désorganisation des lycées et représente beaucoup de temps et d'énergie mobilisés au sein des établissements. Les lycéens arrêtent les cours vers le 10 juin ; cela représente 3 mois de cours "perdus" sur les 3 années de lycée. Cette réforme du bac est très attendue par les familles et devra être coordonnée avec la future réforme d'APB et du 1er cycle universitaire.

Dernier point abordé, la suppression des emplois aidés. La Peep reste attentive à ce que l'accessibilité, la sécurité et l'encadrement des élèves soient garantis. En tant que fédération de parents, elle ne pose pas d'avis sur les types de contrats mobilisés mais réclame en revanche des personnels qualifiés et pérennes.

Auteur de l’article : peepAdmin